Test : Le Parrot Zik, le casque 100% Hi-Tech


Sorti en 2012, le Zik de Parrot a su se faire remarquer, mais malgré ses grandes capacités, ses fonctionnalités originales et son design unique, le casque français n’aura pas su s’imposer face aux autres nouveaux venus. Je pense entre autres aux Focal Spirit ONE et AIAIAI TMA-1. La faute à un prix trop élevé ou une qualité en déca des attentes des audiophiles ? Parrot a accepté de me prêter un modèle pour réaliser me faire mon propre avis.

Conception et Design

Dessiné par Philippe Starck, un designer et architecte reconnu, le Zik respire le 21e siècle. Il est assez encombrant, mais reste très nomade pour un modèle circum-aural. Ses écouteurs englobent bien les oreilles et offrent directement une bonne isolation phonique passive. Par contre, elles chauffent un peu et son poids de 352gr se fait sentir. Ce n’est pas trop catastrophique, j’arrive à le garder 2 heures sur la tête sans soucis, mais je ne l’oublie à aucun moment. De plus, comme il ne serre pas beaucoup la tête, vous avez intérêt à ne pas bouger trop rapidement.

Malgré son design original, celui-ci est élégant, chic et plus discret que les casques à la mode.

Résolument high-tech

Le point fort du casque, c’est son équipement high-tech. Il peut se connecter à votre smartphone, ordinateur et lecteur MP3 via Bluetooth. Il va également se connecter à une app Android ou iOS pour le paramétrer. On pourra ainsi mettre en marche l’annulation active du bruit, définir la spatialisation ou jouer avec son équalizer 7 bandes.

Ce n’est pas tout, car ce casque propose des fonctions tactiles sur sa dalle capacitive présente sur la surface de son haut-parleur droit. On pourra ainsi régler le volume, passer au morceau suivant, précédent en plus des classiques play/pause.

Grâce à ses détecteurs de présence, il pourra également détecter lorsque vous l’enlèverez ou le reposerez sur vos oreilles. Cette dernière fonction est d’ailleurs un rien problématique, car il suffit de bâiller pour arrêter la diffusion de votre musique.

Le Parrot Zik est également équipé d’un micro pour répondre aux appels, mais je n’ai pas trouvé la conversation téléphonique ultrafluide pourtant, il est équipé d’un système de suppression de bruit à double micro et d’un capteur de conduction osseuse dans le but de détecter la parole et améliorer la conversation.

Le dernier gadget de la série est cette puce NFC qui lui permettra de se coupler très simplement avec un smartphone compatible. Toutes ces fonctions ont un impact sur l’autonomie qui se situe entre 6 à 12 heures.

Et le son?

Malgré l’étendue de ses fonctionnalités, on attend avant tout de même d’un casque nomade à plus de 300 euros d’avoir un son de bonne qualité. Le Zik est un casque plutôt neutre, mais capable de donner de la basse à qui le souhaite. Le haut du spectre est par contre très peu détaillé. On ne peut pas dire que le son soit cristallin, mais il est dynamique et ample. Un casque qui correspond mieux aux personnes qui écoutent des MP3 téléchargés illégalement qu’aux audiophiles amateurs de flac.

Celui-ci pourra se connecter de 3 façons avec votre lecteur. Filaire, mais éteint, il apporte un son très moyen, filaire, mais allumé et sans fil via Bluetooth. Les 2 dernières connexions ont une qualité assez similaire, ce qui m’a déçu, je m’attendais à mieux en mode filaire qu’en Bluetooth, mais en réalité, ses limites ne se situent pas là. Parrot a misé sur le codec AAC, ce codec permet une qualité équivalente à du MP3 320kb, il aurait peut-être gagné en qualité en utilisant le codec aptX mais ça n’aurait pas été flagrant. J’apprécie le DSP intégré qui permet d’améliorer le son après le passage en Bluetooth. Au final, on a droit à un son plus spatial, plus pêchu que la plupart des casques Bluetooth. Son ampli est également bien meilleur que ceux de la majorité des smartphones. Le Parrot Zik est donc une très bonne solution pour booster le son iPhone ou iPod.

Testé avec un Mac, un iPhone 4, un iPad et Cowon Z2, j’ai entendu rapidement ses limites. Le son manque de précision et c’est encore plus flagrant avec le Cowon. Notez également que Spotify sur Android gère tellement mal la sortie Bluetooth que son usage est totalement déconseillé. Sur iPhone, par contre, la sortie est assez propre, les commandes tactiles fonctionnelles. Attention, lorsque vous touchez le casque, vous déclenchez accidentellement le lecteur MP3 sur Android, et iTunes sur Mac, même si vous écoutez une autre source de musique comme Soundcloud ou Spotify.

Pour un résultat optimal, évitez toute modification de l’équalizer sur votre lecteur, car plus le son sera neutre et meilleur sera le résultat après le passage en Bluetooth.

Conclusion:


Le Parrot Zik est un casque génial et plein de bonnes idées. On apprécie rapidement la liberté du sans-fil d’autant plus que les commandes tactiles sont très bien pensées. Le son est puissant, les réglages intéressants et l’annulation du bruit assez efficace. On ne regrettera que 2 choses : un son moins précis que les autres casques dans la même gamme de prix et un poids un peu élevé.

Vaut-il son prix? Vu toutes les fonctionnalités de la bête, oui, assurément, mais attention, on ne peut pas le comparer à un Sennheiser, Focal ou AKG à 300euros. Il ne s’agit pas du même type de produit.

Vous désirez réagir à cet article? Retrouvez-le sur la page Facebook de Techtrends

la diffusion d’annonces sur ce site relève de ma responsabilité et ne représente pas les positions d'une entreprise pour laquelle je travaille

Rédigé par
Chris Lefevre
Publié le
17 février 2013

00:32

Topics
Partagé sur
Partager+Twitter
Partager+Facebook
Partager+LinkedIn
Partager+Google+
Partager+Scoop-it!