Pourquoi le jeu vidéo à la demande n’a pas réussi à percer?

Sony vient de s’offrir 140 brevets de Onlive, le service de jeu vidéo à la demande (ou cloud gaming) estimé autrefois à 1,8 milliard de dollars devrait disparaître d’ici peu.

onlive

Onlive, pour ceux qui ne l’ont pas testé, est une plateforme qui fait tourner les jeux à distance sur des PC performants, dans les nuages, le jeu peut s’afficher ensuite sur votre PC, Mac, tablette en streaming. J’ai trouvé que ça fonctionnait plutôt bien, à condition d’avoir une bonne connexion internet : les latences sont faibles et le retour vidéo est correct pour des petites sessions de jeu. Cette plateforme répond à une certaine logique : depuis quelques années, les PC commercialisés ne gagnent plus en puissance, mais sont de plus en plus légers en échange. Le dernier MacBook Air 12 d’Apple a la puissance de MacBook Air 11″ de 2011. Pour ce genre de machine, le Cloudgaming est une solution d’appoint intéressante, mais le vrai joueur préférera l’achat d’une console ou d’un bon PC.

Onlive, le Netflix du jeu vidéo? Un projet ambitieux qui laisse sur sa faim.

J’ai testé quelque temps cette plateforme et au final, je l’ai trouvé inintéressante. L’offre par abonnement, à la Netflix, ne proposait pas d’exclusivité, peu de nouveauté, mais de plus en plus de jeux émulés, des jeux megadrive. Sans intérêt, pour moi. Les bons jeux se louaient à la semaine ou s’achetaient, mais à des prix plutôt élevés.

Et pourtant, le cloud gaming avait de l’avenir

Tout était là, il ne manquait plus que les partenaires. Onlive aurait dû être présent dans les TV connectées dès 2013 grâce à la GoogleTV. Avec des jeux tels que second live, la société s’est trouvé une cible, mais c’est sans compter sur l’explosion des plateformes mobiles qui permettent de faire tourner de bons jeux achetés à bas prix. La concurrence n’était pas tant les consoles de salon, mais son meilleur support, Android.

Onlive pouvait alors s’appuyer sur son énorme capacité de calcul pour proposer de nouvelles expériences de jeu, c’est probablement ce que Sony et Microsoft feront dans les années à venir.

En fait, il manquait vraiment à Onlive un studio de développement de jeu capable de lui créer des exclusivités.

Quand nous surferons tous a 250Mbit/s, les défauts de jeunesse de cloud gaming seront oubliés, alors Sony pourra proposer une offre d’abonnement permettant de jouer à tous les jeux PS2,PS3/PS vita, voir PS4 sur les TV de la marque et sur n’importe quel ordi ou tablette.

Personnellement, je reste persuadé que l’avenir du jeu se trouve dans le cloud comme pour la vidéo et la musique. Reste à savoir quand et si cette approche est la meilleure.

Vous désirez réagir à cet article? Retrouvez-le sur la page Facebook de Techtrends

la diffusion d’annonces sur ce site relève de ma responsabilité et ne représente pas les positions d'une entreprise pour laquelle je travaille

Rédigé par
Chris Lefevre
Publié le
5 avril 2015

10:12

Topics
Partagé sur
Partager+Twitter
Partager+Facebook
Partager+LinkedIn
Partager+Google+
Partager+Scoop-it!