NGP et 3DS, face aux Smartphones : un combat perdu d’avance?

Cette année sera une bonne année pour le gamer nomade, elle va permettre à celui-ci de pouvoir avoir un véritable choix pour sélectionner la console qu’il emportera partout avec lui.

Les principaux acteurs:

  • La Sony NGP : puissante et ergonomique, celle-ci pourrait sans difficulté remplacer votre PS3.
  • La Nintendo 3DS : Si l’affichage 3D peut être rapidement perçu comme un gadget inutile, elle est la seule à disposer des géniales licences de Nintendo : Mario, Metroid, Zelda, Pokemon, …
  • iOS : L’iPhone reste le smartphone par excellence, il est équipé d’une énorme ludothèque de jeux «casuals» mais bon marché. L’iPad profite également de cette collection de jeux, avec de plus en plus de versions adaptées à son écran.
  • Android : Loins d’être à la traine, Android équipe des smartphones pour tous les prix et tous les goûts! Les tablettes 7 pouces proposent le format idéal pour devenir de véritables plateformes de jeux.

Si vous posez aujourd’hui la question aux premiers intéressés, c’est-à-dire les enfants (sisi), ils auront vite fait de vous dire qu’ils préfèrent un iPod touch à une console PSP. En ce qui concerne la DS, c’est souvent mitigé, à cause d’un certain plombier rouge.

Pour les parents économes (qui ne piratent pas), l’iPod touch à l’avantage de fournir des jeux très bon marché. On a beau dire que l’App Store ne propose que des jeux sans grande durée de vie, pensez-vous que le travail réalisé autour d’un jeu DS soit toujours meilleur? Il suffit de regarder le dernier FIFA sur iPhone qui contient environ 1 GO de données comprenant des textures en HD et que dire d’un Real racing 2 ?

Aujourd’hui, les plus grands éditeurs de jeu vidéo sont déjà sur la plateforme d’Apple : Capcom, Sega, Konami, EA, Square Enix, Taito, Namco. Ils savent que le marché est juteux, mais risqué.

En effet, vendre des jeux à 5$ pour finir par les solder un jour à 79c, c’est modre son business par la queue, mais difficile de retourner en arrière, car le consommateur s’habitue à acheter des jeux au rabais.

Afin de profiter de ce nouveau marché, sans perdre celui des jeux vidéo traditionnels, ceux-ci se sont contentés d’adapter leurs vieux titres 16bits, ensuite, ils ont fourni des versions fortement allégées de leurs jeux consoles, mais la concurrence est forte et certains l’ont déjà compris : lorsqu’ID Software et Epic Games ont adapté leurs formidables moteurs 3D pour la plateforme iOS, ils savaient que c’est là que tout allait se jouer aujourd’hui, ces moteurs n’ont pas été adaptés pour la 3DS de Nintendo.

Nintendo vers le destin de Sega?

Pour les développeurs, l’avantage des consoles portables de Nintendo se trouvait dans la non-obligation d’investir dans des coûts de développement élevés. En effet, contrairement à la PS3 qui impose un travail énorme de la part des développeurs afin d’atteindre le niveau de réalisme général de la console, le peu de mémoire de stockage pour les jeux, la faible résolution et le manque de polygones affichables sur l’écran de la Nintendo DS permettait à tous les studios de développement de se trouver à armes égales. Mais aujourd’hui, cet argument n’a plus de sens, pour vendre des jeux pixelisés à 50euros sur la console de Nintendo alors que sur un iPod touch, vous pouvez profiter de beaucoup plus de réalisme pour 5 euros, pas facile. Prenez le cas d’un Angry Bird, c’est un jeu génial, mais le payeriez-vous 50euros sur la 3DS?

La 3DS est une nouvelle console avec un nouveau park de jeu à construire, si tous les éditeurs ont les yeux tournés vers les smartphones, je ne vois pas comment celle-ci va pouvoir se vendre, d’ailleurs, les joueurs se sont déjà détournés de Nintendo par le passé, ils le referont aujourd’hui si la raison en est simplement économique.

Mais ne vendons pas trop vite la peau de l’Ours, aujourd’hui, Nintendo va bien, mais je pense que si celui-ci n’arrive plus à convaincre ni avec sa 3DS et ni avec sa Wii qui se trouve face à une sacrée concurrence avec la Kinect, il va peut être finir par se positionner exclusivement sur le marché des jeux pour enfants ou bien arrêter la fabrication de console de jeu et vendre développer ses titres pour les autres plateformes… Ce choix peut tout à fait être rentable, un Super Mario développé simultanément sur toutes les plateformes pourrait rapidement devenir le jeu le plus vendu au monde!

Sony mise sur tous les tableaux

S’il existe bien une société qui a toujours eu une longueur d’avance, c’est bien Sony…Jusqu’à ce qu’Apple marche sur ses plats de bande… Mais le géant nippon a des ressources et il l’a prouvé en misant à la fois sur le Smartphone Android, avec son XPeria Play et sur les consoles portables haut de gamme avec la NGP.

En misant sur tous les tableaux, Sony s’assure un futur succès sur le marché des jeux vidéos, mais en même temps, il se mort lui-même la queue, car le succès de l’Xperia Play risque de renforcer le risque de chute pour la NGP (ou PSP2) de plus, il renforce iOS dans sa position de plateforme de jeu, car si Android s’impose sur ce marché avec la plateforme PlayStation Suite de Sony, l’iPhone pourrait y gagner également de la crédibilité avec son modèle économique presque identique!

Un transfert inévitable!

SI les joueurs préfèrent investir dans un smartphone, que les développeurs adaptent leurs meilleurs titres et que même Sony se met à investir dans les gaming-phones, je ne pense pas que les consoles portables traditionnelles survivent au succès des smartphones. Nintendo semble le seul acteur du marché à nier cette évidence, ce qui pourrait lui couter très cher.

D’ici peu, les jeunes pourront s’offrir un smarphone sous Android compatible PlayStation Suite pour moins cher qu’une console de Nintendo, avec des jeux qui coutent moins cher également et force est de constater que le manque d’ergonomie ne fait pas vraiment peur.

La nouvelle génération de console mobile est très certainement la dernière, à moins que Nintendo refuse de lâcher l’affaire, ce qui n’est pas exclu.

Vous désirez réagir à cet article? Retrouvez-le sur la page Facebook de Techtrends

la diffusion d’annonces sur ce site relève de ma responsabilité et ne représente pas les positions d'une entreprise pour laquelle je travaille

Rédigé par
Chris Lefevre
Publié le
13 février 2011

00:36

Partagé sur
Partager+Twitter
Partager+Facebook
Partager+LinkedIn
Partager+Google+
Partager+Scoop-it!