Les Web-App, l’avenir de l’application mobile.

iphone-appsAvec l’arrivée de l’AppStore d’Apple et ses applications pour iPhone, le web a connu un nouveau tournant : Les réseaux sociaux, les journaux en ligne, les RIA ont tous fini par être décliné en version iPhone.

Le succès de l’iPhone et le buzz qui a tourné autour a conforté l’idée générale que les entreprises liées au web devaient porter leur image sur l’iPhone comme elles l’ont fait auparavant sur Facebook.

Il faut savoir lire les chiffres !

Tout comme les grands succès du web (Google, Facebook) sont finalement très très peu nombreux en comparaison des nombreux échecs, le grand gagnant de l’Appstore, c’est surtout Apple.

Créer une application, c’est souvent beaucoup d’investissement pour peu de retour et maintenant, on parle que les applications doivent également être déclinées sur l’Android market, le Windows Marketplace for Mobile et pourquoi pas l’OVI Store de Nokia ?

Fini la belle époque du Java2me !

Des langages différents,  des contraintes techniques de plus en plus nombreuses et donc des coûts de plus en plus élevés pour un ROI souvent bien minable.

Une solution, l’HTML5

iphone-app-web[1]Finalement, ce que les mobiles next-gen ont en commun, c’est un navigateur internet efficace et de plus en plus souvent ouvert à l’HTML5.

L’HTML 5, s’il n’offre pas encore la possibilité d’utiliser les capacités 3D de l’appareil, il offre beaucoup de fonctionnalités d’exploitation de son environnement tout en utilisant un langage connu de tous.

Stockage de données en local, géolocalisation par GPS, vidéo, son, animations vectorielles et des API de plus en plus nombreuses comme la Google MAP pour mobile.

Finalement, beaucoup d’applications se trouvant actuellement sur iPhone et Android pourraient aussi bien être des web-apps avec un coup de développement bien moins élevé.

Les WebApp plus gourmandes et moins rapide ? Pas si sûr !

webappsPrenons le cas de l’iPhone (cas que je connais le mieux), L’iPhone permet de placer une adresse internet dans springboard comme n’importe quelle application et il propose également un mode « Web App » utilisé par Google Wave afin d’afficher sa version iPhone en plein écran (et non dans le navigateur). Dans ce cas, Safari devient un simple moteur d’application.

Ensuite, l’HTML5 prend la relève, celui-ci permet de stocker l’application et ses données en local sur le mobile. De cette façon, il n’est plus obligatoire de se connecter à internet pour avoir accès à son site mobile.  Une fois la connexion rétablie, les données peuvent se synchroniser.

Un peu de technique.

Pour un web développeur moderne, réaliser un WebApp ne demande pas beaucoup plus de connaissances que pour un site traditionnel, ça peu demander plus de temps, par contre.

ajax-webapp[1]

On se connecte à la base de données locale en javascript

var db = null;
try {
    if (window.openDatabase) {
        db = openDatabase("monsite", "1.0", "articles", 200000);
    }
} catch(err) {}

Les requêtes sont écrites en SQL. Le format d’échange de donnée entre le serveur et l’application doit de préférence être le JSON qui permet de récupérer des données.

Le javascript va remplacer le PHP pour un grand nombre de traitement.

Le stockage des fichiers en local est encore plus simple. L’HTML5 permet de garder les fichiers en cache et d’y accéder en mode Offline. Il s’agit du cache-manifest, un fichier qui indique au navigateur la liste des fichiers à garder en cache.

Le choix de Google.

Google a déjà adapté presque toutes ses applications en version web-App, a beaucoup optimisé leur vitesse de fonctionnement et ça fonctionne très bien.

A l’heure actuelle, il n’est pas rare de trouver une web app qui fonctionne plus rapidement que son équivalent en application réelle.

Bien sûr, il reste quelques limitations. Par exemple, pour l’instant, l’iPhone ne permet pas d’uploader de photos et de vidéos sur Safari et évidement, la monétisation mais nous ne sommes encore qu’au début d’un phénomène qu’on attendait depuis si longtemps.

Vous désirez réagir à cet article? Retrouvez-le sur la page Facebook de Techtrends

la diffusion d’annonces sur ce site relève de ma responsabilité et ne représente pas les positions d'une entreprise pour laquelle je travaille

Rédigé par
Chris Lefevre
Publié le
9 janvier 2010

14:48

Topics
Partagé sur
Partager+Twitter
Partager+Facebook
Partager+LinkedIn
Partager+Google+
Partager+Scoop-it!