Le jour où la Réalité Augmentée a fait sortir des millions de joueurs dans la rue.

pokemon-go

Je me souviens de mon premier article sur la réalité augmentée en 2008. À l’époque, on savait qu’on tenait quelque chose d’intéressant, mais on ne savait pas encore quoi ni quand le monde ne serait bouleversé par celle-ci ?

C’est finalement en juillet 2016 que tout a changé, le jeu Pokemon Go sort avec un succès inimaginable. En quelques heures, le jeu dépasse le nombre d’utilisateurs de Twitter avec un temps d’utilisation supérieur à Facebook. C’est LE phénomène !

Mais Pokemon Go, ce n’est pas vraiment de la RA ?

Effectivement, au niveau technologique, la RA n’est qu’une infime partie du jeu, qui ne s’affiche que lorsque l’on essaye de capturer un pokemon et cette fonction peut même être désactivée. Mais il faut bien faire la distinction entre la technologie vieille de 8 ans et le phénomène. C’est bien le phénomène qui est intéressant.

En faisant jouer les internautes sur une carte du monde réel qui représente bien la réalité dans laquelle on se trouve, mais sur laquelle s’incrustent des éléments virtuels en superposition, on se trouve bien dans un univers qui tourne autour de la réalité augmentée. La totalité du jeu s’incruste sur la réalité, et la réalité s’incruste dans le jeu, c’est donc une des expériences de réalité augmentée les plus abouties de ces dernières années même si ce n’est pas la plus impressionnante.

Certains critiquent sur le côté additif et la presse relate sans cesse des événements tels que des chutes d’utilisateurs peu attentifs, alors que d’autres vont louanger le fait que les gamers sortent enfin de chez eux. (Regarde comme il fait beau, Orelsan? ).

Bien entendu, les gens se lasseront un peu dès que la pluie débarquera, à moins que Nintendo demande à Niantic d’ajouter la couche sociale qui manque au jeu, car pour l’instant, pas d’autres dresseurs sur sa carte ni de possibilité de faire des combats directement avec ceux-ci. C’est cette couche sociale qui permettrait de reprendre le flambeau de 4square. On attend également des solutions pour ne pas devoir garder le jeu ouvert en permanence, car pour la batterie, c’est très gourmand. Une amélioration des serveurs serait également bien venue pour rendre le jeu plus stable.

Niantic, le développeur de Pokemon Go et ancienne filiale de Google, a basé son jeu sur Ingress et a ainsi pour récupérer les points d’intérêt exploités pour générer les Pokestop et les arènes. Ce jeu est vraiment intéressant et plus adulte, mais moins grand public.

Les Pokemons ont 20 ans, aujourd’hui, c’est une franchise transgénérationnelle qui associée à toutes les révolutions de ces dernières années ( Internet mobile, GPS, Camera, MMO, …) présentes dans Ingress a réussi à créer quelque chose de rafraîchissant.

Mais pour moi, ce n’est qu’un début, car le succès s’accompagne de rentrées d’argent inespérées pour Nintendo et beaucoup de géants du jeu vidéo vont probablement loucher dessus. J’imagine assez bien la sortie d’un Final Fantasy RA et d’un paquet de jeux du même genre. Du côté de Nintendo, on devrait trouver prochainement les pokestop sponsorisés permettant, comme dans 4square, d’attirer les utilisateurs vers un bar ou un resto.

D’autres jeux vidéo en réalité augmentée pourraient en profiter pour tirer leur épingle du jeu, profitant justement du coup de spot offert par Pokemon GO. Ça pourrait être le cas de Father.IO, un FPS financé sur indiegogo.

Ça pourrait être aussi le cas avec un jeu de stratégie où vous pourriez virtuellement construire un château et des tours autour de votre maison et essayer de l’agrandir sur votre quartier.

En fait, tout est possible.

Vous désirez réagir à cet article? Retrouvez-le sur la page Facebook de Techtrends

la diffusion d’annonces sur ce site relève de ma responsabilité et ne représente pas les positions d'une entreprise pour laquelle je travaille

Rédigé par
Chris Lefevre
Publié le
16 juillet 2016

15:57

Partagé sur
Partager+Twitter
Partager+Facebook
Partager+LinkedIn
Partager+Google+
Partager+Scoop-it!