La richesse du langage SMS

stock-footage-woman-texting-sending-sms-on-smartphone-in-bar

Ce matin, j’ai partagé une publication qui précisait que terminer un SMS par un « . » était une mauvaise idée, car chez les jeunes, cette ponctuation peut être mal interprétée. D’après une étude, un « Oui » leur semble plus sincère qu’un « Oui. » et surtout, le point à la fin d’un SMS apparaît comme un marqueur expressif. Alors qu’à l’inverse, un « ! » donne davantage de sincérité aux messages envoyés. Personnellement, j’étais déjà arrivé à cette conclusion, mais mieux, j’essaye de me déshabituer à mettre des « . » à la fin des messages.

Les réactions ont été assez négatives, par exemple «  la version écrite d’une langue (littérature, Académie française…) définit des règles communément acceptées, car, d’une certaine manière, officielle, légale… » . Stop! Moi aussi, j’ai déjà rouspété sur le langage SMS avant de reconnaître ses qualités intrinsèques. Et aujourd’hui, je pense que ces analyses sont erronées, car elles confondent « écriture » et « communication ». Les messageries instantanées, c’est de la communication, mais certainement pas de l’écriture.

À partir du moment où vous acceptez le SMS ou une messagerie instantanées comme étant un nouveau mode de communication autre que l’écriture, vous acceptez que ses règles soient différentes également.

Ce qui est intéressant, c’est la richesse de ce mode de communication. Ce format est très visuel et peut faire passer un contexte en peu de caractères. En fait, comme le message est inspiré de la communication orale, il doit contenir des éléments du langage verbal et non verbal et oublier ce paramètre peut être une énorme erreur de communication. Ainsi, si vous plaisantez, n’oubliez surtout le ;-) à la fin du message. Un simple « T’es con » sans smiley pourrait être très mal perçu.

sms

L’écriture académique est très riche évidemment et les fautes de grammaire sont de vraies tortures pour certains, mais elle demande un travail de composition, de réflexion, pour choisir les bons mots, les belles tournures et décrire un contexte.

La messagerie instantanée qui est l’évolution du SMS n’a pas la même raison d’être. Ce format doit être efficace en passant le plus d’informations possible rapidement, car on peut être dans la rue, dans le métro, au volant (ne mentez pas) et ces informations seront très diverses. Dans ce modèle de communication, on trouve ainsi beaucoup d’éléments visuels tels que les smiley, des likes, des gifs, de la surponctuation ou même des majuscules.

Les mots ne sont finalement qu’un support parmi les autres et les créateurs de logiciels l’ont bien compris, c’est pour ça que l’accent est mis les additifs.

Mais ce format est jeune et malheureusement, ses codes changent souvent, et pire, ils ne sont publiés nulle part. Sans aucune référence, il crée donc une fracture entre les générations. L’autre problème, c’est que les jeunes maîtrisent mieux le langage SMS que l’écriture de Camus.

Vous désirez réagir à cet article? Retrouvez-le sur la page Facebook de Techtrends

la diffusion d’annonces sur ce site relève de ma responsabilité et ne représente pas les positions d'une entreprise pour laquelle je travaille

Rédigé par
Chris Lefevre
Publié le
7 janvier 2017

00:57

Topics
Partagé sur
Partager+Twitter
Partager+Facebook
Partager+LinkedIn
Partager+Google+
Partager+Scoop-it!