La révolution ne sera pas que mobile

Beaucoup d’experts tels qu’Eric Jackson tentent de prédire l’avenir, osant même annoncer que les géants du web que sont Google ou Facebook vont finir par s’effondrer, car ceux-ci n’auront pas la capacité de s’adapter à la révolution mobile.

Mais bien sûr, voyons, Google qui possède Android et Facebook qui met le prix pour racheter les startups à la mode sur smartphone n’ont pas vu venir la révolution mobile.

Facebook n’hésite pas à revoir tout son écosystème pour s’adapter à la réalité du marché, rappelons-nous quand même l’incroyable travail qu’a fait l’équipe de Zuckerberg pour faire face à la montée en puissance de Twitter. En effet, si ils n’avaient pas réagi en absorbant la startup Friendfeed qui a permis de revoir la structure de leur site et en sortant des boutons «like» qui se sont intégrés partout sur la toile, ils n’auraient peut pas su garder leur place de leader sur le secteur des médias sociaux et récemment, ils ont été rechercher le sang neuf chez Instagram. On ne peut pas comparer un Facebook à Yahoo qui n’a pas su profiter de Flickr et Delicious pour rendre son portail plus attractif.

Et Google n’est pas en reste car il est en train de vivre une énorme révolution dans écosystème qui tourne de plus en plus autour de Google+, de Chrome et d’Android. Non, je pense au contraire que ces sociétés sont prêtes à changer totalement, elles sont hyper flexibles, vraiment indépendantes et aujourd’hui indispensables. Elles n’auront aucun mal à ajouter de nouvelles cordes à leurs arcs.

Mais en fait, le plus important ne se trouve pas vraiment dans la technologie, mais dans la monétisation.

En effet, actuellement les géants du web vivent essentiellement du marché de la publicité en ligne. Un marché qui rapporte peu aux petits acteurs et même Facebook a du mal à s’accorder des revenus hyperconfortables en comparaison aux dépenses. Il est inutile de dire que ce modèle économique risque de souffrir de plus en plus à cause de l’arrivée des mobiles. Mais alors, comment ces sociétés pourront obtenir de nouvelles sources d’argent? C’est simple, en sortant progressivement du web, en prenant la place des boutiques en ligne, et dans les rues, en prenant la place des autres médias que sont la TV et la Radio, et c’est possible grâce aux nouveaux OS, aux systèmes de payement en ligne, au NFC, au GPS, mais également au multiscreen screen, à la réalité augmentée, et donc, forcément, aux smartphones, mais pas que, c’est le mélange de toutes les technologies créées ces dernières années que le monde va vivre de nouvelles révolutions.

Prenons Google, qui dispose aujourd’hui d’un comparateur, mais qui préparerait une véritable boutique en ligne de type Amazon sur laquelle différents commerçants peuvent vendre également. Le modèle actuel des boutiques en ligne est complètement dépassé, il peut très bien évoluer de nombreuses façons : technologie de type QR Code dans les publicités des magazines pour acheter le produit, utilisation de la réalité augmentée pour s’informer sur les produits que l’on voit sur l’affiche en face de soit. Exploitation de la télé intelligente ou du second screen pour acheter le produit qui passe en publicité TV. Et bien sûr, la Google TV pourrait très bien reconnaitre le produit qui serait venté dans une publicité automatiquement et vous proposer de l’acheter en 2 clics. Il peut également proposer aux boutiques de téléachats d’exploiter leur technologie en échange de 15-30% des ventes. Allons plus loin, pourquoi ne pas afficher à la télé le nombre de places restantes pour le concert dont on parle en TV? L’intégration d’internet dans la télévision est au moins aussi révolutionnaire que celle dans le mobile et le project Glass de Google montre clairement que d’autres types de devices pourront également arriver à trouver leur place.

Bien sûr, il faut effectivement toujours le smartphone, une tablette, ou une télé intelligente accompagnée d’un compte de type PayPal (ou Google Checkout) et une connexion internet, mais tout le monde ou presque les posséderont dans les années à venir, Google peut donc très facilement récupérer de nouvelles sources de revenus autres que de la publicité statique et mobile grâce à Android.

Pensez-vous que Google doit avoir peur d’un Instagram qui ne génère aucun revenu ou même de Twitter?

Non, la question, c’est qui d’autre à part Google pourrait obtenir d’énormes rentrées financières grâce aux mobiles et à la télévision connectée? Apple, peut être, avec son réseau iOS et une boutique de produit sous iTunes, Microsoft, avec un nouvel écosystème sous Windows 8 et pourquoi pas Facebook, même si pour cela, il doit être capable, entre autres, de gagner la confiance des internautes. Une jeune startup aurait du mal à entrer dans le marché du commerce sur des plateformes qui appartiennent à Google, Apple ou Microsoft.

L’internet entre dans le mobile et dans la TV, peut être un jour dans notre frigidaire et même dans la rue. Exit la bête pub à 3 centimes le clic, nous entrons dans l’ère du direct shopping, pour y arriver, les géants vont devoir préparer le terrain avec de nombreux services et des interactions intéressantes entre nous et la radio, la TV, et le monde qui nous entoure. Dans un premier temps, nous serons conquis, car la réalité augmentée peut apporter beaucoup, même s’il lui manque aujourd’hui de stabilité et une killer application, le NFC également… paie ton ticket de train en passant la porte de la gare, gagne ton dessert gratuit, une réduction simplement en entrant dans restaurant avec ton smartphone, il faudra voir comment Facebook et Foursquare vont profiter du GPS pour nous offrir de nouvelles opportunités.

Beaucoup de choses vont évoluer avec les nouvelles technologies, mais le smartphone n’est qu’un élément du puzzle, la télécommande d’un monde numérique interactif qui va s’ajouter à notre monde réel et non resté confiné à l’écran d’un mobile. Et c’est cette maitrise qui sera la clé de l’après-Web 2.0, et non une simple application iPhone dite révolutionnaire.

Vous désirez réagir à cet article? Retrouvez-le sur la page Facebook de Techtrends

la diffusion d’annonces sur ce site relève de ma responsabilité et ne représente pas les positions d'une entreprise pour laquelle je travaille

Rédigé par
Chris Lefevre
Publié le
19 juin 2012

21:25

Partagé sur
Partager+Twitter
Partager+Facebook
Partager+LinkedIn
Partager+Google+
Partager+Scoop-it!