La presse belge ne sait pas se passer de Google !

Mise à jour

Comme je l’avais prédit, un accord a été trouvé entre Google et Copiepresse. Ce que je n’avais pas prédit, par contre, c’est que la presse belge abandonnerait aussi vite. Preuve que cette histoire est totalement ridicule, il a fallut 6 ans pour que Copiepresse gagne son procès contre Google et seulement un week-end pour revenir en arrière. Plus d’infos sur LeSoir.be

La presse belge va-t-elle se passer de Google?

GoogleDepuis ce matin, les sites des principaux quotidiens belges que sont la DH, Le Soir, L’avenir et Sudpresse ne sont plus référencés dans l’index de Google Search.

Une surprise inattendue, mais qui n’est pourtant pas le fruit d’une erreur, mais d’un conflit entre le géant du web, Google et CopiePresse.

Selon Philippe Nothomb, juriste du Groupe Rossel, Google fait de l’argent avec un comportement «de pirate» en volant des photos et des abstracts d’articles publiés dans des sites d’informations belges. Ce comportement ne respecte pas les lois belges sur les droits d’auteurs.

En effet, depuis 2006, Google Belgique est en procès avec la société de gestion de droits des éditeurs de presse quotidienne francophone et germanophone belge et la justice belge a rendu sa décision en appel : la firme de Montain View ne peut désormais plus indexer d’images ou d’articles de journaux belges, sur son site, confirmant ainsi une décision de 2007 sous peine d’une astreinte de 25.000 € par violation. Google s’est donc exécuté en supprimant toutes les références aux articles de la presse belge francophone de leur index et caches.

Oui, mais ils ont été plus loin que ce qui était demandé et ne se sont pas limités à Google Actus, mais à l’entièreté de leur moteur de recherche.

Mesquin? Un peu de la part de Google qui profite de l’occasion de rappeler qu’il a un pouvoir important sur le web et que le contredire peut faire du mal. En effet, cette désindexation est tout bénéfice pour les concurrents qui en plus, amélioreront leurs positions dans les SERPs.

Sans vouloir jeter la pierre, je pense que la presse belge a fait une belle erreur. Bien sûr, on peut comprendre qu’elle désire que son contenu, même s’il s’agit de simples abstracts, ne soit pas publié sur d’autres sites, c’est son droit, mais s’attendait-elle à pouvoir imposer l’emplacement qui lui correspond le mieux?

«Tiens, vous pouvez me mettre là, dans les recherches web, mais pas dans les recherches d’actualités»

Mais quelle différence? C’est du SEO! Et demain, ce sera Facebook? Car dans Facebook, je retrouve aussi des titres, des photos d’illustrations et des abstracts d’articles.

Toujours à la recherche de nouveaux modèles économiques, la presse belge a surtout pensé, selon moi, qu’elle pouvait gagner de l’argent sur le dos du géant. Eh bien non, elle a juste rompu un contrat que fait Google avec les webmasters et qui est basé sur un «donnant-donnant», trafic contre contenu.

J’ai l’impression que les vieux médias ont vraiment du mal à accepter les règles instaurées sur le web. Bien sûr que Google peut se débrouiller sans la presse belge, car de toute façon, sur le web, la majorité des articles proviennent de l’AFP et Belga et puis si certains ne veulent pas jouer le jeu, d’autres le joueront!

Aujourd’hui, avec les sites d’information sur le web, on est souvent très loin des travaux d’investigations qui ont fait le métier des journalistes et c’est peut être l’occasion pour une certaine presse belge de ne plus se focaliser sur les mots clés ou sur le nombre d’articles publiés mais de se mettre vraiment à rédiger de vrais articles de fond…. Non, je plaisante, il est évident qu’un accord se fera entre CopiePresse et Google qui a juste décidé de mettre la pression, à son tour.

Vous désirez réagir à cet article? Retrouvez-le sur la page Facebook de Techtrends

la diffusion d’annonces sur ce site relève de ma responsabilité et ne représente pas les positions d'une entreprise pour laquelle je travaille

Rédigé par
Chris Lefevre
Publié le
18 juillet 2011

18:35

Topics
Partagé sur
Partager+Twitter
Partager+Facebook
Partager+LinkedIn
Partager+Google+
Partager+Scoop-it!