Faut-il encore miser sur Facebook pour votre entreprise?

facebook Like Faut il encore miser sur Facebook pour votre entreprise?

En quelques années, Facebook est devenu un second web. On n’a plus besoin de créer un site Internet, on crée une page Facebook et on invite les fans de sa marque à s’abonner. Oui, mais voilà, le nombre de pages de marque sur Facebook a fortement augmenté et nos «fans» n’ont plus 30 mais plutôt 300 amis en moyenne. Autant vous dire que si tous les statuts des pages et amis apparaissaient sur votre timeline Facebook, ce serait impossible à suivre. Facebook fait donc le tri dans le contenu pour n’afficher que le plus pertinent, forcément, chaque membre du réseau va manquer énormément d’information et échanges qui pourraient l’intéresser.

Croire que Facebook, malgré son nombre d’abonnés très supérieur à la concurrence, suffit pour votre stratégie sociale média est une erreur puisque, comme je viens de l’expliquer Facebook sélectionne le meilleur de votre contenu à votre place.

Il m’est déjà arrivé, par exemple, de publier un message sur une page Facebook, en plein après midi, vu par seulement 30 personnes pourtant sur une page de plus 5000 abonnés. Sachant que «vu» ne signifie pas «lu», je vous laisse imaginer l’impact réel de ce genre de message non viral. En fait, si votre publication n’est pas optimisée, vous pourriez n’atteindre que 1 à 2 % de vos fans, car l’algorithme de Facebook est vraiment devenu très critique envers votre contenu. Pour mieux comprendre le phénomène, il faut parcourir le document fourni par Facebook à ses partenaires. Plus il y a de contenu sur Facebook, plus il y a de contenu sponsorisé et moins il y a de place pour la visibilité de votre contenu publié gratuitement. Ce que Facebook ne dit pas, c’est qu’il a tout intérêt à récupérer les investissements que les entreprises font aujourd’hui dans le community management.

facebook sticker 560x329 Faut il encore miser sur Facebook pour votre entreprise?

La fin du community manager? Non, une évolution!

Le community manager reste nécessaire, ne fut-ce que pour gérer l’image de votre marque sur les réseaux sociaux et répondre aux internautes, mais la fidélisation et la promotion de votre entreprise sera plus complexe. Pour qu’un message se diffuse bien, il faut qu’il génère rapidement beaucoup de réactions, de likes, des commentaires, des shares et rapidement. Ceci donne donc un large avantage aux actions virales, sur le contenu plus profond ou personnel, ça donne également un avantage sur pages disposant de beaucoup de fans capables de relayer rapidement l’info.

Le bon community manager sera donc de plus en plus important dès lors que l’info doit «buzzer» pour être lue. Plus sérieuse est votre entreprise et plus vous aurez du mal à communiquer. L’autre choix, c’est forcément l’achat de publicité Facebook, car c’est bien là le problème, en payant vos statuts, vous obtiendrez un service bien meilleur et vous pourrez même cibler les internautes qui ne font pas partie de vos fans.

Sincèrement, le métier de community manager devra forcément se professionnaliser, car pour avoir une stratégie complète, il devra, en plus de trouver les statuts qui buzzent, être capable de gérer un budget de campagne publicitaire.

Et Twitter, Instagram, Pinterest et Foursquare?

Si sur Facebook, votre contenu gratuit perd énormément en visibilité, que penser de Twitter?

Twitter est diffèrent, la durée de vie d’un statut sans retweet est extrêmement courte, ce qui permet de pouvoir afficher tous les messages de vos abonnements, mais en contrepartie, vous avez intérêt à revenir régulièrement pour ne pas manquer les informations les plus intéressantes. Facebook et Twitter sont donc complémentaires; et pour cette raison, vous avez tout intérêt à suivre les mêmes personnes sur les deux réseaux et publier également les mêmes informations (peut être rédigées de façon différente).

Pensez à étendre votre communication, faire une campagne sur Instagram et Pinterest, pourquoi pas, mais n’oubliez pas qu’être présent sur ces plateformes demande aussi un investissement, et un autre point intéressant à prendre en compte, c’est que Facebook nous montre peut être indirectement l’avenir de tous les médias sociaux.

Le meilleur conseil que je puisse vous donner, aujourd’hui, c’est de miser plus sur votre site que sur les médias sociaux. C’est probablement un retour en arrière pour certains qui ont trouvé dans Facebook une parfaite alternative au site web, compliqué, et pourtant, Facebook ne vous appartient pas, Twitter non plus. Pensez simplement aux entreprises qui ont payé une fortune à des Social Media Agency pour des campagnes de recrutement? Tout cet argent pour entendre aujourd’hui «ha oui, mais si vous voulez toucher plus de 5% de votre audience, il faut encore payer» et plus vous avez de fans à toucher et plus c’est cher. C’est d’autant plus triste que ces entreprises pensaient investir sur l’avenir.

Si votre contenu et vos actions virales sont sur votre site, ce sera plus facile d’étendre votre stratégie web sur différents médias sociaux et pourquoi ne pas investir un peu plus sur votre référencement naturel dans les moteurs de recherche?

Facebook Sharing

Vous désirez réagir à cet article? Retrouvez-le sur la page Facebook de Techtrends

la diffusion d’annonces sur ce site relève de ma responsabilité et ne représente pas les positions d'une entreprise pour laquelle je travaille

Rédigé par
Chris Lefevre
Publié le
7 décembre 2013

21:34

Partagé sur
Partager+Twitter
Partager+Facebook
Partager+LinkedIn
Partager+Google+
Partager+Scoop-it!