ChromeBook, très peu pour moi.

chromebookwhite ChromeBook, très peu pour moi. Alors cette fois le go est lancé et Google s’apprête à commercialiser officiellement son 2ème OS sur le marché. Après un Android plein d’avenir qui prend progressivement la tête du marché des mobiles, Chrome OS peut-il renverser le géant Windows?

Non évidemment, mais étonnamment, ce n’est pas comme ça que Google le présente. Selon le géant de l’internet, les ChromeBooks pourraient remplacer leurs propres machines dans l’infrastructure informatique de leur société, une façon de dire : si c’est bon pour nous, c’est forcément bon pour vous.

La bonne blague, essayez donc de développer, de photoshoper, de faire du montage vidéo, ou même écrire des présentations sous Chrome OS, ce que les employés de Google font au quotidien. C’est tout simplement impossible. J’attends impatiemment que Google nous sorte un AfterEffect en Javascript!

À ma connaissance, le seul ultraportable qui peut être utilisé comme une machine complète est le MacBook Air, et encore, ça reste limite. En tout cas, l’argument qui revient le plus souvent en faveur du ChromeOS est son démarrage rapide en 8 à 10 secondes, mais pour le possesseur d’un Mac, le démarrage ne dépasse que rarement le 5 secondes, puisque le reboot est très rarement nécessaire sur cet OS.

Pour répondre à la problématique des logiciels, la réponse de Google, c’est le cloudcomputing. Les logiciels n’ont pas besoin d’être présents sur votre ordinateur pour fonctionner, ils tournent à distance, dans un datacenter et votre ordinateur reçoit le résultat en streaming. Ça permet effectivement de se détacher du hardware, du software de sa machine et de se limiter à un simple satellite.

En théorie, pourquoi pas, d’ailleurs, je crois vraiment que le Cloud Computing a un réel avenir pour les jeux, par exemple, pour jouer aux derniers jeux sans devoir investir dans les consoles. Mais ce doux rêve peut tourner en cauchemar, que faire si la connections internet et inaccessible ou simplement trop faible? Eh oui, il ne faut pas espérer se faire un jeu PS3/4/5/X en Cloud avec une simple connexion 3G. Dans ce cas, il faut se rabattre sur des web applications plus légères en javascript ou flash. Mais à part Angry Birds, il n’y a pas grand-chose qui tourne en mode offline dans le Chrome Webstore.

C’est bien ça le problème, le 100% online, je n’y crois pas. Si les données peuvent se synchroniser lors de session 3G/Wifi, la connexion ne doit pas être indispensable pour utiliser une application bureautique. Comment faire si on est dans un train ou en déplacement? La connexion 3G n’est pas disponible, or, le ChromeBook est un PC nomade, justement.

L’HTML5, la fausse solution

Le problème, c’est que Google a misé sur le succès de l’HTML5, et spécifiquement l’HTML5 offline. Comprenez bien que l’HTML permet aujourd’hui d’héberger tout un site dans son navigateur, y compris sa base de données. En théorie, les Google Apps USATODAY et Huffington post pourraient héberger les articles en mode Offline pour qu’on y accède tranquillement dans le train, ce n’est pas le cas. Mais pire encore, même Google ne fait pas l’effort! On devrait pouvoir pré-rédiger de mails dans GMail, lire ses présentations ou en créer des tableaux sans connexion. Eh bien non, Google s’est appuyé sur une technologie propriétaire qui fait appel à un plug-in.

C’est là tout le problème, l’HTML5 permet de faire ses choses, mais c’est trop compliqué à mettre en place, même pour Google, alors, on ne le fait pas.

Donc voilà un ordinateur compact, mais pas nomade et même si vous êtes bien couvert, sachant le prix des connexions 3G en Europe, il est bien déconseillé de se faire une session de Call Of Duty en 3G! Pas nomade, mais qu’est ce que Google veut remplacer avec ses ChromeBook?

Excusez-moi, mais franchement ceux qui s’extasient devant Chrome OS n’ont jamais utilisé MacOSX. Il n’y a pas plus simple d’usage, et avec le MacAppStore, vous pouvez installer une nouvelle application en 2 clics !

Si c’est le prix qui vous intéresse, Windows 8 et Android permettent la fabrication d’ordinateurs low-cost mais plus complète. Non, franchement je ne comprends pas comment Google espère convaincre le consommateur. Sauf si…

Sauf si Google met le paquet.

Derrière le ChromeBook se trouve tout un business, avec pour commencer l’informatique en tant que service. À 28 dollars par mois pour des PC peu performants, c’est déjà cher, mais en plus, le stockage des données et applications en nuage serait également payant mensuellement.

À coter de ce business se trouve celui du software avec la plateforme Google Webstore, car forcément, le seul moyen efficace de vendre une application sur Google ChromeBook et, évidemment, c’est 5% de commission pour Google. Je ne sais pas pour vous, mais, je trouve ça me rappelle un peu la stratégie d’Apple et sa plateforme AppStore d’iOS.

Pour que les développeurs se lancent sur la plateforme, il faut des consommateurs. Théoriquement, tout le monde pourra acheter des applications sur Google Web Store, mais les possesseurs de ChromeBook seront plus faciles à convaincre. Pour que les consommateurs soient présents, il faut des logiciels, des services uniques, voire exclusifs.

C’est donc là dessus que Google devrait mettre le paquet: des logiciels indispensables, mais gratuits, de la musique, des films sur le nuage à un prix avantageux. Mais de là à convaincre les utilisateurs, je ne sais pas.

Le ChromeBook ne remplacera pas mon MacBook Pro, c’est certain, et même pour un usage réduit de l’informatique, je lui préfèrerai un iPad ou une tablette quelconque, mais peu importe, Google est présent partout et sur toutes les plateformes, le ChromeBook n’en est qu’une, Google Chrome, le navigateur en est une autre qui, au contraire, est une réussite.

Encore plus d'infos et de veille en s'abonnant à Techtrends sur Facebook

la diffusion d’annonces sur ce site relève de ma responsabilité et ne représente pas les positions d'une entreprise pour laquelle je travaille

  • Anonyme

    Pour ton information GMail devrait être dispo (et Google Agenda) début de cet été. Pour moi Google a prit un gros avantage, pour preuve Microsoft répond de deux manières :
    1/ Il rend compatible sa suite en ligne pour le navigateur Chrome pour le début de l’été.
    2/ il compte sortir Windows 8 dans peu de temps qui devrait être orienté nuage.

    Maintenant le cloud on aime ou pas, il est clair qu’avec des connexions mobiles si cheres on ne va pas aller bien loin, mais des opérateurs comme Mobile Vikings existent.
    Pour ce qui est des applications comme Photoshop etc. Ce n’est pas le but de ChromeOS. Il vise avant tout des gens ayant besoin d’une connexion partout, d’une suite bureautique rapide et dont les documents sont faciles à récupérer. ChromeOS est l’OS par excellence des netbooks, dans sa philosophie et dans les ressources nécessaires pour le faire fonctionner. Windows et OSX ne sont pas des systèmes nomades même si on essaie de nous faire croire le contraure avec un Macbook Air ou encore les nombreux netbooks tournant sous W7.

    Derniers points, ChromeOS n’est que le reflet de la montée en puissance de différentes technologies: html5 couplé avec Javascript cóté client et serveur. Deux technologies que maîtrise Google et qui font parties de son coeur métier.

  • http://twitter.com/seynaeve Edouard Seynaeve

    « Google s’ETAIT appuyé sur une technologie propriétaire qui fait appel à un plug-in. »
    La dernière version de Chrome n’embarque plus Gear. Ce plugin n’était qu’une astuce passagère en attendant que le marché soit suffisamment mure pour arriver avec le mode offline HTML5 intégrer nativement aux navigateurs.
    ChromeOS est à voir de la même façon. Il est imparfait parce que trop tôt sur le marcher, mais vas pousser les développeur à compenser tous les problèmes que tu cites. Problèmes qui d’ici 2ans pourraient alors bien avoir pu disparaître. 

  • http://techtrends.eu/ Christophe Lefevre

    J’attends toujours de pouvoir lire mes mails en Offline sur Google Chrome Mac.. 

  • http://www.facebook.com/smet.benjamin Smet Benjamin

    Il est évident que dans tout business center, chaque Manager Photoshop comme un dingue, illustrator à tout va et inDesign entre 2 réunions !

    En parlant de MacOsX et de sa simplicité… on ne va pas rentré dans les + et les – mais on est d’accord que chaque machine, sa priorité.

    Mac Os X en business, avec des logiciels windows prioritaires tels que de la comptabilité, le benchmarking, etc… on oublie tout de suite !!!

    En ayant un server en entreprise, faire de la prospection avec une telle machine tout en me connectant en 3G en cloud sur le système et streamer le contenu pour faire une présentation d’entreprise, montrer des produits, etc… why not !!!

    Bon nombre de représentants arrivent avec des gros Dell, HP, qui rament, tiennent pas la route, mettent du temps à lancer leurs Pwpt… donc oui, chrome OS, PEUT etre une belle solution.

    Maintenant pareils pour les students. ( le cas DropBox par exemple ! )

  • http://www.lamachineaecrire.net/ MERLIN & SA MACHINE A ECRIRE

    Mine de rien, on revient au minitel ! iPad, Android, ChromeOS, AppStore : le but est de nous priver de notre libre accès au net comme espace à explorer. Ces marques (Google, Apple, etc) veulent nous emprisonner et nous rendre dépendants… Pour nous faire casquer en bout de course !

  • http://www.facebook.com/smet.benjamin Smet Benjamin

    Par simple curiosité… quelles sont les exemples concrets permettant d’affirmer cela ? 

    iPad : Lien se trouvant entre l’iPhone et le MacBook -> en gros du surf & Multimédia sur un écran 10′. Plus de liberté, plus de « Nomadisme Web »

    Android -> Un Os comme tant d’autre. Sauf que lui, est ouvert, permet la recompilation de Kernel, modification de boot… Bref, Open quoi ! 

    Chrome : La simplicité et la flexibilité d’un petit « netbook » suffisamment puissant que pour « virtualiser » tout contenu -> à la manière d’un LogMeIn, TeamViewer, etc… Tout sur le cloud. Tout sur un server, plus besoin d’un gros système d’exploitation…

    AppStore : Un simple market permettant l’achat d’application, musique, etc…

    En aucun cas ces firmes nous empêches de surfer librement d’utiliser tels ou tels navigateurs, d’aller sur tels ou tels sites…

    Revenir au minitel ? mouais…

    Maintenant … si ces marques sont trop présentent et pèsent trop dans le quotidien… une alternative ! -> Linux ! 

Rédigé par
Chris Lefevre
Publié le
21 mai 2011

23:33

Topics
Partagé sur
Partager+Twitter
Partager+Facebook
Partager+LinkedIn
Partager+Google+
Partager+Scoop-it!