À propos du faux succès de Google+

google1 À propos du faux succès de Google+

Récemment, le cabinet GlobalWebIndex a révélé le résultat d’une étude qui montrerait que Google+ serait en train en rattraper Facebook, il aurait même déjà dépassé le succès de Twitter. Personnellement, je reste sceptique.

Lorsque l’on veut mettre en avant le succès de son produit et de son entreprise, on regarde différents chiffres, les compare à la concurrence et ensuite, on communique sur ceux qui nous mettent le plus en valeur. C’est normal, c’est du marketing.

Pour Google+, c’est un peu près la même chose qu’il se produit. Google étant avare en transparence en ce qui concerne l’usage de son réseau social, Google+, il peut très facilement fournir que les chiffres qui le valorisent uniquement. Et GlobalWebIndex qui n’est déjà pas reconnu pour sa fiabilité aura facilement joué avec ces mêmes chiffres pour ressortir une étude capable de faire parler d’elle. En effet, si le résultat avait été : Facebook 1er, Twitter 2e et Google+ 3e, l’impact n’aurait pas été le même.

Mais sur quoi Google+ est le meilleur?

Dès son lancement, j’ai vu un potentiel énorme derrière Google+, non pas en tant que concurrent direct de Facebook, mais en tant qu’écosystème social de Google. C’est-à-dire que contrairement à Facebook qui serait un site «qui fait tout», Google proposerait une série de sites efficaces dont certains sont leaders et liés ensemble par Google+. Aujourd’hui, c’est ce qui est en train de se passer et les produits qui ne rentrent pas dans l’écosystème de Google, parce qu’ils sont en partie concurrents seront fermés. C’est le cas des agrégateurs (iGoogle, Google Reader), réseaux sociaux (Orkut), service de photos en ligne (Picasa), etc.

Comprenez donc que lorsque l’on parle du succès de Google+, on ne parle pas du réseau social, mais de l’ensemble de l’écosystème qui comprend Gmail, YouTube, Maps et même Google Search. Les possesseurs de smartphones Android sont également compris dans cet ensemble. Alors oui, ça fait du monde, et Google propose à tout ce beau monde d’utiliser Google+ sans vraiment s’en apercevoir.

Néanmoins, je ne dirais pas pour autant que Google+ n’est pas un vrai succès. Si l’on regarde le réseau social en tant que tel, il est loin d’être mort, surtout du côté anglo-saxon. Bien sûr, votre maman n’est peut-être pas encore active dessus, mais les conversations fonctionnent bien, la réactivité est présente, soit, c’est un réseau social qui vit. Il ressemble un peu au Facebook d’il y a 6 ans, beaucoup d’interaction, mais moins de monde.

Le vrai succès, c’est celui de Twitter.

On ne pourra pas nier que Twitter est en plein dans sa période de gloire. C’est bien simple, la presse et les médias ne parlent plus que de cette plateforme sociale depuis un an. Il aurait obtenu 40% d’utilisateurs actifs en plus en seulement 9 mois.

La simplicité du produit, sa mobilité, ses #hashtags et surtout son ouverture lui permettent de prendre la place d’un réseau suprasocial. C’est peut-être la plaforme la plus efficace pour communiquer avec des personnes qui ne sont pas vos amis, mais sur des sujets externes. Ainsi, monsieur tout le monde commence à découvrir qu’il peut aussi donner son avis sur la télé, la politique, etc. sans devoir dévoiler sa vie privée. Il répond donc parfaitement à la crainte des internautes qui veulent limiter les risques liés à l’usage des médias sociaux.

Facebook, c’est fini?

facebook google À propos du faux succès de Google+Non, loin de là, Facebook est en train de se stabiliser, plutôt. Il serait d’ailleurs difficile de le déloger, comme Google s’est bien imposé comme moteur de recherche, eBay sur les enchères, etc. Par contre, il y a de la place pour plusieurs médias sociaux si ceux-ci ne fonctionnent pas de la même façon. C’est le cas entre Facebook et Twitter, c’est moins le cas entre Facebook et Google+ qui se copient à tour de rôle. On verra donc, avec le temps si le faux succès de Google+ peut devenir un vrai succès capable de renverser le géant Facebook, après tout, le gros problème de Facebook et Twitter, c’est qu’ils doivent s’auto financer, là où Google+ se paye avec la publicité affichée sur d’autres sites, le modèle économique de Google est clairement le plus solide des 3, et ça, ça compte dans la balance.

Vous désirez réagir à cet article? Retrouvez-le sur la page Facebook de Techtrends

la diffusion d’annonces sur ce site relève de ma responsabilité et ne représente pas les positions d'une entreprise pour laquelle je travaille

Rédigé par
Chris Lefevre
Publié le
5 mai 2013

09:28

Partagé sur
Partager+Twitter
Partager+Facebook
Partager+LinkedIn
Partager+Google+
Partager+Scoop-it!